Ptitesmeufs : mon corps, mes choix

0
1032
@ptitesmeufs

Janvier 2019, c’est ici que tout prend forme, que Ptitesmeufs prend son envol. Lola Courel, jeune étudiante de 21 ans, fonde sa marque sur Instagram, dans le but d’exprimer ses idées à travers la mode avec l’envie de se faire entendre, de se faire comprendre. Par sa marque, elle prône la liberté des femmes et la désexualisation de leurs corps.
https://www.instagram.com/ptitesmeufs/

« Désexualiser le corps des femmes à travers des vêtements porteurs d’histoires »

@ptitesmeufs

Au départ, cette jeune femme portait ses créations par plaisir (et c’est toujours le cas aujourd’hui !), pour attirer les regards, attiser la curiosité. À travers son look, avec des pièces uniques, elle revendiquait ses idées et tentait de briser les tabous. À partir de là, l’idée de créer sa marque est apparue. Par la conception de ses différents vêtements, elle souhaite faire profiter plus d’une personne pour qu’ainsi, à leur tour, elles transmettent un message.

C’est en peignant des corps de femmes ou des messages porteurs d’espoir comme par exemple « My body my choice », « The future is female », sur des vêtements de seconde main récupérés en friperie, dans des associations humanitaires comme le « Secours Populaire » ou « Emmaus », que cette créatrice milite pour le droit des femmes et pour l’écologie. Une action à la fois éco-responsable et féministe pour sensibiliser et montrer, en particulier, au public et à la jeunesse l’importance et la nécessité d’agir pour la planète et l’environnement.

Instagram, réseau de tous les possibles

C’est via ce réseau social que tout se passe, Lola publie des clichés de ses collections. Choisir IG, c’était le moyen pour elle d’exposer ses créations gratuitement. À travers différe/ntes photographies, elle met en scène des modèles. Hommes ou Femmes sont mis en avant avec une certaine imagination, unique. Grâce à la publication de ses posts, au fur et à mesure, sa marque gagne chaque jour en visibilité.

Un grand tout de petits riens

Un jean, une veste, portés par des hommes ou des femmes. À travers ceux et celles qui en sont habillés ainsi que ceux et celles qui les perçoivent. Par le biais d’une phrase, d’un motif ou d’un détail. Pourtant, cette mode n’est pas conçue sur une coupe ou une forme. Ce n’est pas le vêtement en lui-même qui a du style mais la personnalisation que Lola lui donne. Les imprimés de ses motifs transcendent le vêtement et lui donne une nouvelle vie, une nouvelle histoire, par celui ou celle qui le portera et se l’appropriera.

Avec la volonté de se faire entendre sans avoir besoin de parler, mais toujours avec ce même message au monde extérieur : casser les codes, retrouver une image du corps pure et simple et ainsi respecter tous les êtres quels qu’ils soient.

@ptitesmeufs

Plus de publications

Actuellement en première année de bachelor communication à l'ISCPA, j'y étudie la production audiovisuelle et la communication à travers des projets pratiques. Passionnée par la mode, le dessin et la musique, je m'intéresse aux métiers de la création visuelle et des arts de la scène, et recherche donc un premier stage en communication évènementielle ou digitale pour y développer mes compétences et me confronter à la réalité de l'entreprise.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here