De la nécessité d’écouter un album du début à la fin

0
78

Force est de constater que le format de l’album est peu à peu effacé par la prolifération de singles et titres uniques. Il est indéniable que l’industrie du streaming audio (la plus prolifique en 2019 avec 89% des consommateurs de musique qui l’écoutent par ce biais selon l’IFPI) a changé notre manière de consommer la musique. À travers les playlist et mixtapes que nous proposent les plateformes de streaming audio comme Spotify ou Deezer, celles-ci nous ont petit à petit habitués à consommer des singles plutôt que des albums entiers.

Pourtant l’album est le moyen privilégié d’accéder à l’univers d’un artiste et de suivre au fil des morceaux, établis dans un ordre précis par l’artiste selon un choix créatif, sa vision et l’histoire qu’il veut raconter et nous faire parvenir. Connaitre, analyser l’univers créatif d’un artiste ne peut se faire que sur un album puisqu’il propose un ensemble. Un seul titre ne sera pas représentatif de l’artiste. L’artiste ne crée pas un album pour lui même, mais dans le but de le partager au plus grand monde. Il s’agit de partager des émotions à travers un ensemble cohérent de morceaux.

L’album comme consécration d’un projet artistique

Il ne faut pas oublier que pour un artiste, l’album représente une consécration de son projet, l’accomplissement d’une cohérence artistique. L’album est un choix créatif qui donne à l’artiste une crédibilité pour la suite de ses projets mais qui va également lui donner une certaine aura. Écouter un album de A à Z, tel qu’il est structuré, revient donc à légitimer et récompenser ce choix artistique. Mais pourquoi pas aussi, d’un point de vue personnel, à montrer et insister sur la place que la musique occupe dans nos vies.

Relativisons tout de même et notons que la pertinence d’un album ne relève pas toujours du choix d’une cohérence entre les morceaux. Le fait de ne pas décider d’un ordre d’écoute peut évidement être un choix artistique. Cependant, si certains artistes conçoivent des albums-concept (on pense évidement à Kanye West, ou l’album Expansion de Nekfeu, en France), des albums avec une unité narrative (Kendrick Lamar, Lomepal), ou encore des albums dont l’enchainement des morceaux est choisi, pour d’autres, l’album semble être un fourre-tout organisé autour de deux ou trois morceaux phares, deux ou trois singles, auxquels vont se rajouter des morceaux moins marquants, d’un point de vue commercial.

L’album concept de David Bowie : The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars
La pochette de l’album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars, 1972.

L’opinion personnelle que je soutiens ici se fonde sur l’écoute de plusieurs albums qui prouvent à mon sens la nécessité d’une écoute complète. Parmi eux, l’album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars de David Bowie, sorti en 1972. Dans cet album, les onze morceaux racontent l’histoire de Ziggy Stardust, un alien androgyne, incarné par David Bowie, qui va devenir une rock star sur Terre, cherche à transmettre à l’humanité un message d’amour et de paix, mais qui finira par être détruit par ses propres excès. Les titres de cet album sont structurés de manière cohérente pour relater l’histoire de ce personnage extraterrestre iconique, Ziggy Stardust, sur Terre, même si on peut également y voir une métaphore de la vie de David Bowie.

Ce qui est dit ici est avant tout un avis personnel. Pour autant, l’album m’apparait avant tout comme une œuvre artistique au même titre qu’une œuvre plastique ou une pièce de théâtre et mérite donc qu’on lui consacre une attention particulière, du début à la fin.

Plus de publications

Je suis étudiant en Master 1 de Production musicale et audiovisuelle à l'ISCPA - Paris. Je m'intéresse particulièrement à la production musicale mais suis également curieux des autres milieux artistiques (expositions, arts plastiques, littérature...).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here