Le Cirque, dernier lever de rideau ? Acte 3 : Et l’on réinventa le Cirque…

1
195

Adieu la sciure, les fauves et les clowns farfelus. Le cirque contemporain sort des clichés du cirque traditionnels pour offrir un total renouveau du genre.

A la fin des 1970, le cirque contemporain fait son apparition en France. Ainsi, de nouvelles compagnies se créent : le Cirque Plume, la compagnie Archaos et le très réputé Cirque du Soleil.

Le cirque contemporain se détache du cirque traditionnel en abordant une mise en scène plus théâtrale. Fini le Monsieur Loyal qui vient présenter tour à tour les numéros ! Ici, le spectacle est vu comme un tout, il raconte une histoire. Les arts du cirque se mêlent alors à la danse, au théâtre et à la musique pour ne former qu’un.

Le Cirque du Soleil

L’un des chapiteaux du Cirque du Soleil.

Lorsque l’on parle de nouveau cirque, on ne peut s’empêcher d’évoquer le Cirque du Soleil. Ce cirque québécois fondé en 1984, parcours le monde entier pour présenter ses spectacles. A l’origine de ce projet, une troupe d’échassiers menée par Guy Laliberté, Gilles Saint Croix et Daniel Gauthier. Aujourd’hui, la troupe compte plus de 5 000 employés à travers le monde dont 1 300 artistes pour la plupart anciens sportifs. Actuellement, une vingtaine de shows différents ont lieux dans le monde entier, en résidence ou en tournée.

Spectacle « Amaluna ».

Le leader du nouveau cirque présente des numéros traditionnels avec une mise en scène très recherchée, incorporant la danse et le théâtre. De plus, les costumes, la musique et les effets lumineux sont créées spécialement pour leurs shows, projetant ainsi le public dans un véritable spectacle de l’an 2000. S’inspirant du cinéma ou d’artistes musicaux, le Cirque du Soleil n’hésite pas à dédier un spectacle complet à un artiste ou à une œuvre. En effet, il a créé deux spectacles sur Michael Jackson, un sur les Beatles, un autre sur Elvis Presley mais aussi un spectacle sur Avatar et un autre sur le thème du cinéma.

Spectacle sur Michael Jackson nommé « ONE » en résidence à Las Vegas.

Si le Cirque du Soleil a su se créer une identité, il a également influencé le cirque traditionnel. L’exemple type est le cirque Arlette Gruss.

Entre tradition et innovation

Numéro de balançoires russes, final du spectacle 2020/2021 nommé « Excentrik ».

En 35 ans, ce cirque français a su se faire une place parmi les plus grands cirques du monde. A mi-chemin entre le cirque traditionnel et le contemporain, il propose des spectacles avec ses propres costumes, ses propres musiques et avec des éclairages à la pointe de la technologie. S’il présente encore des chevaux et autres animaux domestiques, il a arrêté les animaux sauvages depuis cette année. Le cirque présente des numéros traditionnels comme des trapézistes, des funambules, des jongleurs ou encore des clowns plutôt modernes !

« Le cirque Arlette Gruss SAIT faire du cirque sans animaux sauvages ! »

Gilbert Gruss

Et pour cause ! Depuis 10 ans, il présente des numéros plutôt modernes : motards de l’extrême, danseurs lumineux, homme lasers et même un dompteur de drones. La mise en scène se veut également similaire à celle du Cirque du Soleil, incluant un Monsieur Loyal moderne avec sa guitare, ayant plus un rôle de fil de rouge que de présentateur traditionnel.

Le Globe Of Speed au centre de la piste et les FMX Riders traversant le chapiteau sur leurs bolides en 2015. Les motos sont devenus un élément phare du cirque depuis leur première apparition en 2011.

Une évolutions des installations

En dehors des spectacles, le cirque Gruss possède des installations modernes pour le plus grand confort du public. Leur chapiteau en est la preuve. Cette cathédrale de toile de 2 700m2 possède 10 mâts dont certains à l’extérieur assurant une visibilité totale au spectateur. La jauge est de 1500 places et le public est reçu dans un hall d’entrée sur parquet ciré.

Mais le bien être des employés n’est pas en reste non plus : camions couchettes, réfectoire, laverie, grandes caravanes… Tout y est pour que tout le monde soit dans les meilleurs conditions de vie et de travail.

La Cathédrale est le nom donné au chapiteau. Depuis 2019, ce chapiteau a des mâts extérieur pour une visibilité totale au public.

C’est également le cas du cirque Phénix, qui présente des troupes d’acrobates venues de Chine, d’Afrique ou encore de Cuba. Aussi influencé par le Cirque du Soleil, il tourne dans les Zéniths de France après s’être produit sous son grand chapiteau à Paris.

L’immense chapiteau du cirque Phénix pelouse de Reuilly à Paris.

Le cirque Phénix produit des spectacles différents chaque années : Cirkafrika, Le Roi des Singes par les artistes du cirque de Pékin ou encore CirkaCuba. Ces spectacles mettent en avant des numéros traditionnels mais aussi des disciplines typiques du pays ou continent dont sont originaires les artistes.

Le chapiteau du cirque Phénix accueille également le festival du cirque de Demain tous les ans au mois de Février. Ce festival présente les talents du monde entiers appartenant au nouveau cirque tel que les 7 Doigts de la Main ou la compagnie XY.

Des compagnies plus contemporaines

Ces compagnies sont beaucoup plus petites que le Cirque du Soleil, Phénix ou Arlette Gruss et insistent moins sur les installations grandioses, les nouvelles technologies et les costumes flamboyant. Elles se produisent sous chapiteau ou alors dans des salles de spectacles.

La compagnie XY lors de son spectacle « Mobius ».

La plupart du temps, on voit peu d’artistes sur scène, ils ne portent pas vraiment de costumes, n’utilisent pas de décors et oses parfois des mises en scènes abstraites. La compagnie XY, a longtemps présenté un spectacle d’acrobatie sur un cube en bois géant, nommé « Il n’est pas encore minuit… ».

Hommage aux cirques d’antan

David Dimitri finit son spectacle en sortant du chapiteau en équilibre sur un fil.

Mais entre les shows du futur et les spectacles abstraits, on y trouve des compagnies avec une ambiance de cirque à l’ancienne mais toujours sans animaux. On peut citer la famille Morales, le cirque tzigane Romanes ou encore l’Homme Cirque.

Ex-artiste du Cirque du Soleil, David Dimitri présente un spectacle tout seul. A part l’aide de la ville qu’il reçoit pour monter son chapiteau, il est totalement seul sur sa tournée. Acrobate, musicien, comédien, technicien et surtout grand funambule, il offre un spectacle drôle et émouvant.

Désormais, les artistes du nouveau cirque ne sont pas issus d’illustres famille du métier. Tous viennent pour la plupart du milieu du sport, du théâtre mais surtout d’écoles de cirque.

Les écoles de cirque

Répétitions à l’école de cirque de Montréal.

Les écoles de cirque sont apparues dans les années 1980 et se sont développées dans le monde entier depuis lors. La FFEC (Fédération Française des Ecoles de Cirques), regroupe près de 130 écoles dans l’hexagone. Certaines sont des écoles de loisirs comme Cirqu’onflexe à Amiens (80) tandis que d’autres proposent une formation professionnelle comme l’ENACR en Iles de France. A travers le monde, certaines sont très réputées comme celle de Montréal, de Stockholm ou de Québec. Les élèves y apprennent de nombreuses disciplines de cirque : trapèze, jonglage, mât chinois, bascule… A côté des entrainements, ils font beaucoup de musculation et de souplesse pour que leur corps soit apte aux acrobaties. De plus, ils s’adonne à de nombreuses leçons de théâtre et de danse.

Quel avenir pour le cirque ?

Le cirque a donc aujourd’hui un but éducatif, que ce soit en enseignant les arts du cirque mais également en sensibilisant le public lors des spectacles.

Néanmoins, une opposition persiste entre les cirques contemporains et les cirques traditionnels.

« Le cirque sans animaux ce n’est pas du cirque, c’est du cabaret »

Frédéric Edelstein

Si les cirques animaliers n’évoluent pas, ils courent droit à leur perte selon André-Joseph Bouglione. Pour lui, le cirque doit évoluer avec la société. Ce pourquoi il a monté un nouveau cirque écologique « 100% Humain », à découvrir dans un futur article.

Le cirque fait parti du patrimoine culturel français, il se doit d’être préservé. Alors allez au cirque ! Faites du cirque ! Le traditionnel, le moderne, l’abstrait, celui qui vous plait ! Mais soutenez cet art, car le seul moyen de le faire perdurer, c’est vous.

L’école de cirque Cirqu’onflexe lors de son spectacle « Encore des Accords » en 2018. Il se pourrait bien que je m’y trouve d’ailleurs !
Plus de publications

Bonjour à toutes et à tous. César est mon prénom, le cirque et la musique sont mes passions. Etudiant en production à l'ISCPA Paris l'année et animateur pour enfants l'été, je suis un grand féru de divertissement. Amateurs de cinéma également mais aussi sacré performer sur scène pour votre plus grand étonnement !

1 COMMENT

  1. Très bel article en 3 actes qui est bien documenté et qui propose différents angles pour imaginer l’avenir du milieu circassien.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here