Better Call Saul

0
75
Better Call Saul(©AMC)

Au fil des saisons, Better Call Saul s’est imposé comme l’une des meilleures œuvres du petit écran. La série américaine, créée par Vince Gilligan et Peter Gould, diffusée depuis le 8 février 2015, compte actuellement 5 saisons, toutes disponibles sur Netflix. Mais qu’est-ce qui fait du spin-off de Breaking Bad l’une des meilleures séries télévisées ?

Saul Goodman ou Jimmy McGill ?

Plutôt que d’opter pour une simple suite de l’histoire de l’avocat véreux que l’on a connu dans Breaking Bad, le créateur de la série a préféré nous faire découvrir les origines de Saul. Dans la série mère, le rôle de l’avocat était principalement d’apporter une touche d’humour. Pour remédier à ce problème, la série ne nous montre pas Saul Goodman, mais bien Jimmy McGill, sa véritable identité. Jimmy commence sa carrière et fait face aux difficultés de la justice américaine. Il se situe encore du bon côté de la loi, du moins au début. La série développe ce qui a amené ce jeune avocat à se corrompre. Sa descente est bien plus lente et plus développée que celle de Walter White. Dans le premier épisode de Breaking Bad, Walter commet son premier homicide, et doit cacher le corps de sa victime, tandis que Jimmy monte simplement une petite entourloupe pour tenter d’arnaquer quelqu’un. On s’attache facilement à son personnage car on s’identifie à lui. Moqué par ses compères, parfois considéré comme un loser, souffrant de la comparaison avec son frère avocat émérite, on comprend et on éprouve de l’empathie pour ce personnage attachant et touchant. L’humour de Jimmy McGill et ses entourloupes sont également un point fort du prequel, qui permet de donner du relief au personnage de Saul Goodman, et donc de mieux le connaître. Sa relation avec l’avocate Kim Wexler est l’une des relations les plus réussies de la série. Notre avocat préféré entraîne peu à peu Kim dans l’illégalité. La jeune femme n’apparaît pas dans Breaking Bad, contrairement à Jimmy, et le spectateur n’a donc aucun moyen de savoir ce que le sort lui réserve.

Jimmy McGill (©AMC)

Un rythme original et maîtrisé

Le rythme de la série est intéressant, mais ne plaira pas à tout le monde. En effet, il n’y a pas beaucoup d’actions à chaque épisode, mais cela permet de laisser la place à un scénario construit et réfléchi. On peut souligner l’épisode 10 de la saison 5, qui maintient un niveau de stress élevé tout au long de l’épisode, sans montrer beaucoup de confrontations. Les créateurs jouent également avec des séquences en noir et blanc, provoquant la nostalgie du téléspectateur par l’intermédiaire de celle du personnage. Ces séquences nous montrent Jimmy après les événements de Breaking Bad. La nostalgie est également renforcée avec le retour de certains des personnages iconiques tels que Gus Fring, Mike Ehrmantraut ou encore Hector Salamanca. Better Call Saul a su tirer parti de tout ce qui avait fait la qualité et la popularité de Breaking Bad. On retrouve les scènes de confrontation avec un suspens haletant, des personnages charismatiques et une photographie rappelant la série mère.

Saul Goodman dans le désert du Nouveau-Mexique (©AMC)

La série a été renouvelée pour une sixième et dernière saison, et on espère que le charismatique Walter White sera présent. Même si vous n’avez pas regardé Breaking Bad, vous pouvez quand même adhérer au spin-off de par l’intrigue, la qualité du développement des personnages ainsi que de l’excellent jeu d’acteur de l’interprète de Saul Goodman, Bob Odenkirk, et de tout le reste du casting.

Plus de publications

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here