Elite : cette série qui dénonce

1
294
Source: image de couverture

Si pour certains « Elite » fait écho, pour d’autres, il se peut que cette série espagnole, diffusée pour la première fois en 2018, soit encore inconnue. Ayant très rapidement envoûté une bonne partie de la population, je vous conseille, si ce n’est pas encore le cas, de prendre un peu de votre temps pour y jeter un œil. Et si votre cœur balance, laissez-moi prendre quelques lignes pour vous expliquer pourquoi il ne faut plus hésiter !

« Elite »? Concrètement, c’est quoi ?

Afin que vous puissiez comprendre le but caché derrière la production de cette série, il faut que vous imaginiez bien dans quel contexte nous nous situons. Nous sommes en Espagne et tout se passe, jusque là, pour le mieux. La vie suit son cours et des lycéens poursuivent leurs études, tranquillement. Tout le monde semble se trouver à sa place mais parfois, des événements font que chaque vie peut se voir chamboulée en un instant. Un lycée qui s’effondre, un nouveau départ, de nouvelles rencontres, des meurtres… Tous ces motifs semblent anodins mais sont bel et bien vécus par nos lycéens, et vont permettre l’écriture d’un scénario qui cherche à dénoncer.

Dénoncer oui, mais quoi ?

Si vous êtes un minimum attentifs aux messages que souhaitent faire passer les réalisateurs, vous vous apercevrez rapidement que plusieurs sujets de la vie quotidienne sont mis en évidence, ce qui devrait permettre de briser certains tabous. En effet, au-delà du fait d’apprécier passer de bons moments devant les écrans, vous aurez le droit, grâce à celle-ci, à un suspens à son comble, ainsi que de nombreux instants de réflexions. Cela va, inconsciemment, vous pousser à réfléchir au monde qui vous entoure et aux nombreuses inégalités auxquelles doivent faire face une multitude de personnes. Que ces injustices se tournent vers la classe sociale, la religion ou encore l’orientation sexuelle, Dario Madrona et Carlos Montero (créateurs d’Elite), n’hésitent pas à dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas et ce, pour dénoncer une partie des sujets les plus sensibles d’aujourd’hui.

J’ai souhaité, afin de vous mettre l’eau à la bouche, vous expliciter cela plus clairement grâce aux exemples les plus marquants pour moi.

Les inégalités sociales et « Elite »

Pour mieux comprendre, laissez-moi vous présenter Itzan Escamilla, connu pour l’interprétation du rôle de Samuel Garcia Dominguez, jeune étudiant dont la vie va basculer à plusieurs reprises. De classe ouvrière, Samuel va devoir quitter son lycée qui s’est effondré, et se verra continuer ses études dans une école internationale, mais surtout huppée et connue pour accueillir les jeunes de l’élite. C’est avec beaucoup d’appréhensions que nous retrouvons Samuel, dans les couloirs du lycée, au début de la première saison et c’est une raison valable, puisque c’est un changement total d’univers pour lui. En effet, ce n’est pas tâche facile pour un garçon discret et aux nombreuses valeurs, de montrer qui il est vraiment et ce qu’il vaut. Pourtant, il essaiera tant bien que mal de se faire accepter, mais rien n’y fait. Et, rien de plus facile pour l’élite que de pointer du doigt un nouvel arrivant qui, de plus, vient d’une classe différente. Samuel a tout à prouver et devra faire face à de nombreux moments de discriminations. C’est à ce moment précis que le lien entre le virtuel et le réel se crée. Les histoires lycéennes sont actuelles, et les ségrégations dues aux différences sont de plus en plus importantes autour de nous. Heureusement, Samuel sera bien entouré et arrivera, par la force des choses, à sortir la tête de l’eau mais malheureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde. Piétinés parce qu’ils ne sont pas comme la société le voudrait, beaucoup de jeunes étudiants ont à subir des remarques qui les changeront sûrement à jamais. C’est ainsi que cette série joue son rôle le plus important : elle prévient et montre, parfois, par quel chemin s’en sortir.

Le racisme et « Elite »

Vous voyez, juste là, une belle femme dont les origines et les croyances diffèrent de celles des autres étudiants de ce lycée. Il s’agit de Nadia, doux personnage incarné par Mina El Hammani. Nadia vient d’une famille musulmane, et c’est d’ailleurs ce qui génère de nombreuses critiques et remarques. Les lycéens de l’élite pensent qu’elle n’a pas sa place au sein de cet établissement car ils ne la considèrent pas comme une des leurs. Nadia est perçue comme une femme qui n’ose pas véritablement se « dévoiler » et qui ne profite pas de sa vie. C’est d’ailleurs vrai, dans un premier temps, nous connaissons Nadia très discrète et réservée dès le début, mais ce n’est pas pour autant qu’elle hésitera à prendre un peu plus de liberté par la suite. Fille d’un père très présent et élevée dans les valeurs de la religion musulmane, Nadia se dévoue chaque jour pour le rendre fier, et c’est ce qui va pousser ses camarades à lui causer du tort. Les lycéens auront tendance à la rabaisser et à voir en elle la personne qu’elle n’est pas. Les préjugés fusent, et Nadia peine à faire sa place. Ce n’est que plus tard qu’elle va réussir à prendre un peu son envol, tant auprès de sa famille qu’après de ses amis. Elle vivra d’intenses moments avec les autres, et leur prouvera qu’elle n’est pas seulement une fille soumise et qui n’ose pas s’amuser. Il en est des passages qui démontrent ainsi qu’une religion ne fait pas tout et que, parfois, il ne faut pas se fier aux apparences. C’est une belle leçon de vie que cette série apporte, en affirmant bien que les différences ne sont pas une barrière.

L’homophobie et « Elite »

Ces deux acteurs ont particulièrement retenu mon attention de par leur vécu et leur force mentale. A gauche, Omar Ayuso, qui incarne le rôle d’Omar, le frère de Nadia. A gauche, Aron Piper qui interprète Ander. Se cachant de leur attirance mutuelle, ces deux lycéens vont mettre du temps à s’accepter tels qu’ils sont. Pour Omar, c’est une grosse crainte que de devoir annoncer cela à son père, qui risquerait de ne pas beaucoup apprécier, du fait de sa religion. De l’autre côté, Ander a une peur qui se traduit par le fait de décevoir ses parents. Ils souhaitent nier, puis cacher leur amour qui est pourtant très fort et très sincère. Là, une fois encore, les préjugés sont les bienvenus de la part de tous leurs camarades. A cela s’ajoute le fait qu’ils ne font pas partie de la même classe sociale. Tout semble poser problème du côté de leur deux familles et pourtant… Ils restent persuadés que leur bonheur doit passer avant tout le reste. Bien que leur chemin soit semé d’embûches, rien ne les arrête. Au contraire, les nombreuses remarques négatives qu’ils reçoivent les poussent à aller de l’avant et à penser à eux avant tout. Ils feront connaître leurs envies petit à petit, et c’est ce qui les sauvera. Lorsqu’ils auront réussi à parler et à se faire accepter, leur vie semblera beaucoup plus douce. Une fois de plus, les remarques homophobes sont régulières et sont partout autour de nous. Mais, à quoi bon empêcher des personnes d’être heureuses quand nous pouvons l’être aussi et ce, sans juger la vie des autres? A travers « Elite », les créateurs passent, une fois de plus, un joli message et dénoncent ceux qui feraient tout pour détruire les autres.

Une série à ne pas manquer

Vous l’aurez deviné, « Elite » a conquis mon coeur. Cette série m’a tout de suite donné envie de comprendre la pensée des autres et de me positionner face aux inégalités que chacun doit vivre. Évidemment, je n’ai pris quelques exemples, ceux qui me semblaient les plus parlants mais, si vous décidez de vous y plonger, vous verrez à quel point cette série est riche et porteuse. Vous pourrez, bien évidemment, prendre tout simplement du plaisir à la regarder et à vous détendre, avec le suspens toujours présent. Croyez-moi, entre les questionnements, les histoires d’amour et les valeurs de chacun mélangées, vous risquerez bien de devenir accro rapidement. Tous plus charismatiques les uns que les autres, ces acteurs vous promettent de jolis moments devant vos écrans !

ISCPA Paris | Plus de publications

Etudiante en 1ère année de Bachelor au sein de la formation I&CO à l'ISCPA, je souhaite m'orienter, pour la suite de mes études, dans le domaine de la production audiovisuelle. Captivée et intriguée par le monde de la scène, je porte un intérêt tout particulier aux artistes, mais également aux professionnels dans l'ombre qui mettent tout en oeuvre pour la réalisation d'un spectacle, d'un film ou d'une émission télé.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here